Le retour de la célèbre EV !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Balade des Chevaux de Kiara

Aller en bas 
AuteurMessage
Kiara E. Layne
Admin
avatar

Messages : 569
Date d'inscription : 30/04/2018
Localisation : A l'académie

MessageSujet: Balade des Chevaux de Kiara   Lun 14 Mai - 0:46


Depuis que j’étais de retour en Angleterre mes priorités avaient été simples : Remettre l’Académie dont j’avais fait l’acquisition sur pieds, et récupérer mes chevaux. Aujourd’hui, c’était vers Maelström que je me dirigeais. En effet, c’était lui des six que je sentais le moins bien. Et en arrivant devant son box je pu faire face à sa croupe. Charmant. « Mae ? » Je tentais d’abord de l’interpeller, mais sans surprise il s’en moqua. Ses oreilles avaient à peine remué en fait, avant qu’il ne se remette à son foin. J’avais laissé échappé un soupire, avant de gratter distraitement sa croupe. Je savais qu’il pouvait se montrer rancunier, et je savais que s’il avait décidé de faire la gueule, nous en aurions pour un bout de temps, à moins que je ne décide de le confronter. Et comme je n’étais pas du genre à rester les bras croisés … « Tu comptes rester là à bouder longtemps ? » Pas de réaction. Je décidai donc de me saisir du licol accroché à sa porte, puis j’entrai dans son box, restant prudente même si je lui faisais confiance, je ne connaissais que trop bien son caractère. Heureusement pour moi, il n’avait pas décidé de botter aujourd’hui, remarquez il l’aurait très certainement regretté. D’ailleurs, quand j’arrivais au niveau de sa tête, il releva l’encolure, et me regarda. « Je sais bien que je suis partie un bout de temps … » Je caressai sa joue, et ses oreilles virevoltèrent vers l’arrière, mais il ne fit rien de plus. « Mais je suis là maintenant. Je ne repars plus. Plus sans vous… » Ma main glissa de sa joue à son encolure, faisant voler une fine couche de poussière au passage. «  T’es pas beau quand tu boudes, tu le sais ça ? » Je souris tristement, avant de lui  enfiler son licol. « Aller monsieur le boudeur, viens qu’on te nettoie ! »

Il me suivit à contre cœur dans la zone de pansage de l’écurie, tandis que mes autres équidés étaient occupés à le regarder passer, et quand il croisa le regard de Light, je n’eus aucune difficulté à le sentir se tendre. « C’est ton Tonton, tu vas pas me dire que t’as envie de lui faire la guerre quand même ! » Je le toisais du regard, de la même façon qu’il me regardait marcher, et j’ajoutais : « Figures toi qu’il y a de la place pour plus d’un étalon dans mon cœur de pierre ! Qui l’eut cru hein ? » Je souris, et caressai son encolure. « Essayes pas de me faire croire que les gratouilles t’ont pas manquée, je te connais comme si je t’avais fait ! De toute façon, toute ta famille est pareille alors bon … » Et j’étais bien placée pour en parler, connaissant tout l’arbre de Mae’ par cœur … Ils étaient presque tous issus de mariages que j’avais réalisé, et j’adorais ce qu’ils étaient devenus. Joran Breeze était devenu un étalon très réputé aux USA, et j’étais très fière de lui. Néanmoins, Mae’ ne me laissa pas le temps de repenser à son père puisqu’il essaya de me pousser quand je l’attachai à l’anneau de la zone de pansage. Immédiatement je lui rendis la pareille pour le remettre à sa place. « Ecoutes moi bien Maelström, tu as beau ne pas être content que je sois partie, ça n’a été facile pour personne, okay ? Vous m’avez manqué, et ne vas pas penser une seule seconde que parce que j’étais absente je vous ai oubliés ! Jamais je n’aurais été capable de faire ça ! Jamais je ne .. » Ma voix craqua, et j’essuyai furtivement la larme qui venait de m’échapper.

Je me mis ensuite à le brosser énergiquement, efficacement. Je me défoulais presque, extériorisant la douleur des cinq dernières années. J’avais vécu à la fois mes plus grandes joies et mes plus grandes peines. J’étais à bout de nerfs, et le comportement de Mae n’arrangeait rien à la situation. Heureusement comme à chaque pansage, un sentiment de satisfaction eut au moins le mérite de m’envahir lorsque je vis qu’il était déjà bien plus propre  qu’à la sortie de son box. Le passage du cure pied fut nécessaire étant donné les nombreuses sorties au paddock de ces derniers temps, et une fois que le pansage fut terminé, je lui dis finalement : « Désolée Mae’ je ne devrais pas m’énerver sur toi … » Il baissa la tête et je déposais un léger baiser sur son front, avant d’aller chercher ses affaires de monte.

Sans plus attendre je mis le pied à l’étrier et ressanglais d’un trou avant de partir sur les chemins de balade avoisinants. Je n’étais encore allée explorer qu’une seule fois alors je ne savais pas trop ce que cette forêt avait à nous réserver mais ma curiosité l’avait emportée. De plus, si je souhaitais permettre à nos futurs cavaliers des randonnées hors du commun il fallait bien que je connaisse ces bois par cœur ! Cette balade était donc un excellent prétexte pour s’y familiariser ! Cela étant dit, je gardais les jambes au contact et les rênes tendues afin d’amener Maelström à se placer correctement, et je me souvins de ce que m’avait déjà dit Arianna par le passé : C’était le genre de cheval qu’il ne fallait pas laisser s’embêter, car il avait vite fait d’embarquer s’il en avait l’envie. Aujourd’hui n’était clairement pas le jour où il fallait me tester, car je risquais fortement de m’énerver s’il essayait de me chercher. C’est ainsi que pour le détendre je lui demandais des allongements, mais aussi des foulées plus courtes. Des virages tantôt serrés à droite, tantôt larges à gauche. Je le sentais mâchouiller le mors tranquillement, ce qui était plutôt bon signe, alors je le félicitais oralement, ce qui lui valut d’avoir un léger frisson de plaisir, qui me fit sourire. Voilà qui était bien mieux. Je sentais que nous pouvions faire une bonne équipe finalement !

Une fois qu’il fut détendu au pas, je lui demandais le passage au trot, et il attaqua directement dans un trot allongé un peu trop dynamique pour une balade tranquille. Je repris donc le contrôle de l’allure et le fit ralentir sans pour autant repasser au pas. Puis, sans prévenir je me grandis afin de lui demander l’arrêt, qui fut un peu compliqué et surtout bien loin d’être inscrit dans un carré. Je souris : « Ben alors, je croyais que rien ne t’était impossible ? » Je dis pour le taquiner, avant de lui demander directement une transition arrêt-trot qu’il me donna sans aucune difficulté cette fois-ci. Forcément, vu les parents il avait beaucoup plus de facilités pour les transitions montantes que pour les transitions descendantes. Je lui demandais cependant un peu plus tard un nouvel arrêt du trot et cette fois ce fut propre et net, comme il s’attendait déjà à ce que je m’apprêtais à lui demander. Je secouai la tête, pensant que ce cheval était clairement beaucoup trop bon pour n’être qu’un cheval de loisir. Qui sait, peut être serait-ce l’occasion d’avoir un nouveau cheval de concours ? Nous n’aurions qu’à voir ce que l’avenir nous réservait.

Une fois qu’il eut repris son souffle au pas, je lui avais demandé une transition au galop, qu’il avait donné sans la moindre difficulté. Je m’attendais, comme tout à l’heure, à tomber dans un galop lourd et précipité, et Mae me surprit agréablement en choisissant plutôt d’adopter des foulées légères et amples, pleines de fluidité. Ce cheval était terriblement surprenant et surtout, il était très agréable à monter. Pour autant, je ne souhaitais pas le faire travailler que d’un seul côté et je choisis donc de le faire repasser au pas, puis à l’arrêt, et cette fois je lui demandai un départ dans un galop à droite. Je lui demandai alors de l’incurvation sur ses courbes, une attitude détendue mais disponible, une réactivité à toute épreuve, et je décidais même de me diriger vers un terrain qui avait l’air un peu plus encombré.

C’est d’ailleurs sur ce terrain que nous passions notre premier rondin de la journée. Il l’avait enjambé sans aucune difficulté, comme une continuité de son petit galop, et je lui avais alors demandé un peu plus de rythme, pour voir jusqu’où il pouvait monter. Le second « obstacle » était tout en largeur puisqu’il s’agissait d’un ruisseau d’une trentaine de centimètres. Là encore rien de bien compliqué, et il le passa sans la moindre demande d’effort de sa part. Derrière nous attendait une montée qui n’avait pas l’air simple, et je me mis en équilibre pour le gêner le moins possible. Je n’eus cependant pas le temps de voir le tronc plus loin, tombé au beau milieu du sentier, et si je m’attendais à un refus net et brutal, Maelström me montra alors l’étendue de ses capacités en passant ledit tronc sans trop d’effort, et avec une aisance à couper le souffle. Non seulement il était donc bon en dressage, mais le cross non plus n’était donc pas un problème. Intéressant …

« Aller, rentrons. » Je finis par lui dire, satisfaite de cette petite démonstration de force. Je lui réservais encore pas mal de choses mais pour l’heure, cette petite reprise m’avait largement satisfaite. Moi qui avais repris l’habitude de monter en équitation Western, attaquer sur du dressage en extérieur puis un bref moment de cross avait de quoi me revigorer, et alors que je marchais rênes longues, je sentis Mae’ se détendre, étendant son encolure complètement. Je savais qu’il était bien plus calme qu’à notre départ, et quand je mis pied à terre, je lui offris une pomme pour le féliciter de son bon comportement à l’extérieur, qui avait été bien différent de ce qu’il avait proposé de partir. « Tu vois, nous avons tous les deux à apprendre de l’autre. Et nous pourrions aller loin ensembles, j’en suis convaincue. Il faut juste qu’on se fasse confiance. Tu penses que tu peux faire ça ? » Je le dessellais, puis lui donnais un rapide coup de brosse ainsi que de cure pied, avant de l’amener au paddock où se détendait également Prudence.

« Au sujet des juments… Tu auras toi aussi ta part de travail à apporter, t’en fais pas gros bêta. » Je souris, en secouant la tête. L’Hanovrien nous regardait de loin et continuait de brouter tranquillement. « Mais pour l’heure, il est hors de question que tu deviennes Papa si tu comptes bouder pour un oui ou pour un non. » Il tenta de frotter son chanfrein contre moi et je le repoussai gentiment. Je n’étais pas un tronc, non mais ! « Ca m’a fait plaisir de te revoir Maelström. Je suis contente de vous retrouver tous, et tu le comprendras tôt ou tard. » Je lui retirai son licol, puis le regardai rejoindre sa compagne de pré sans plus attendre. « A très vite P’tit Con. » Je dis en secouant la tête, tandis qu’il me regardait de loin, la queue fouettant l’air. Qu’est-ce que ça fait du bien d’être de retour …

_________________


#Emprise - The One and Only
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valentin Thomson

avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 03/05/2018

MessageSujet: Re: Balade des Chevaux de Kiara   Lun 14 Mai - 1:09

Un pansage qui n'annonçait pas du tout une balade comme celle-ci. C'est très intéressant de voir Kiara qui renoue avec ses chevaux et très intéressant de voir que le boudeur a finit par se dérider pour montrer son potentiel. J'ai hâte de voir l'évolution du couple. 05

+ 7 en Moral

+ 5 en Endurance
+ 5 en Vitesse

+ 4 en Dressage
+ 1 en Cross

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiara E. Layne
Admin
avatar

Messages : 569
Date d'inscription : 30/04/2018
Localisation : A l'académie

MessageSujet: Re: Balade des Chevaux de Kiara   Ven 18 Mai - 11:11


« Arrêtes de jouer au con Mae’, tu commences à me souler. » Je grognais, irritée pour de bon cette fois-ci.

Ces derniers temps il me tapait sur le système, et aujourd’hui nous étions sortis faire une balade en main pour essayer de lui faire prendre l’air, et de se détendre par la même occasion. Mais depuis tout à l’heure il faisait n’importe quoi, et avait même tenté d’embarquer, à tel point que je me demandais bien ce que j’allais pouvoir lui faire subir pour lui faire payer son ingratitude.

« Tu as beau protester, tu vas rester à ta place, c’est tout. » Je grondais, en le faisant repasser derrière moi.

Finalement, il n’avait rien voulu savoir, et j’avais finis par me placer devant lui, pour l’empêcher d’avancer d’avantage. J’en avais maté des plus féroces, et il était issu de ma production. Grosso modo je savais tout de lui. Il avait beau jouer les étalons fiers et braves, je savais quoi faire pour le faire plier, et surtout, je ne risquais pas de le laisser gagner ce duel. D’ailleurs, il avait finis par renâcler et par faire un pas en arrière.

« Tu vois quand tu veux, c’est pas si compliqué. » Je dis, quand il se fut enfin calmé. Je savais qu’une balade à pied ne lui suffisait pas, et je savais aussi qu’il était suffisamment détendu alors … Tant pis pour la sécurité, j’avais passé son licol en rênes, et j’avais sauté sur son dos, serrant mes mollets autour de ses flancs pour le faire trotter.

Une fois au trot, je l’avais laissé se défouler. Oui, j’avais finis par céder. Mais pas avant lui, et c’était ce qui comptait. Il était tellement énervé ces derniers temps que je ne pouvais clairement pas l’empêcher de se défouler une bonne fois pour toute.

« Ben alors, c’est tout ce que t’as ? » Je lui proposais sur un ton de défi, quelque chose à ne pas faire avec tous les équidés quand on tient à sa vie. Heureusement je connaissais suffisamment Maelström pour réussir à improviser, et je n’avais pas été déçue puisqu’il avait détalé au galop, après un coup de cul de joie.

A présent, nous étions lancés sur un grand galop à travers la forêt. Pour cette fois, je le laissais gérer sa trajectoire, sa vitesse, étant surtout concentrée sur le fait de ne pas perdre le fil. Il faut dire qu’il avait une de ces allures, j’avais rarement vu ça ! Et quand il s’arrêta d’un seul coup d’un seul, être à cru ne m’aida guère. Heureusement, j’étais suffisamment habituée aux rodéos pour ne pas passer par-dessus, et je le fis marcher tranquillement, histoire qu’il puisse récupérer :

« Tu sais Maelström, si même Quinn a réussi à accepter Nomade, il faudra que tu apprennes à en faire de même. » Il marchait l’encolure basse, montrant qu’il était en train de récupérer, et après s’être lancé à plein galop dans les dénivelés du bois, il y avait de quoi être essoufflé ! « Je ne compte abandonner personne parmi vous. Et comme tu peux le voir, ce n’est pas parce que nous accueillons un nouveau camarade que je vous laisse de côté. Il va falloir que tu apprennes à me faire confiance. Un jour ou l’autre… » J’avais laissé échapper un soupire, puis comme j’avais remarqué qu’il avait à présent terminé de récupérer, je l’avais repassé au trot, pour lui faire travailler son endurance.

Ainsi, j’avais travaillé son incurvation, restant en position dressage, tandis que je le laissais trotter « rênes » longues. Il faisait son travail, il faut dire que son niveau en dressage était plus que correct. Bien entendu ses compétences en saut n’avaient rien à y envier, mais il n’était pas un cheval de complet pour rien. Alors, je décidais de corser l’exercice. Je le passai au galop, et lui demandais ensuite un petit galop rassemblé, qu’il renâcla avant de me donner. Je lui demandai des courbes rapprochées, avec des changements de pied à chaque changement de main. Bien entendu cela lui demandait une concentration qui n’était pas simple à obtenir, et qui plus est en licol, ça n’était qu’une difficulté supplémentaire. Monsieur a voulu jouer aux grands, monsieur en paye les conséquences.

Tandis que nous arrivions sur un sentier plus dégagé, je cessais les demandes de changement de pied sur de petites courbes, et profitais de l’occasion pour lui demander des cessions à mains droites puis mains gauches, trois fois de chaque côté. Il était en train de peiner, je le sentais. Mais je sentais également autre chose : De la détermination à montrer que rien ne l’arrêterait tant qu’il n’aurait pas réussi cet exercice. Au travail il était tout ce que j’adorais chez les Paints : Du courage, de la persévérance, et des résultats. Il était une machine de guerre à lui seul, même avec son caractère de chien. Et d’ailleurs, il finit par réussir cet exercice, même s’il était bien plus difficile à cause des distractions de l’extérieur.

Je l’avais finalement repassé au pas pour qu’il respire un coup et il avait tendu l’encolure, continuant de marcher sans faire de vague. Voilà qui était beaucoup mieux. Et cela ne voulait dire qu’une seule chose : Il avait réussi à finir par être fatigué. Est-ce que j’étais satisfaite ? Eh bien ses pulsions meurtrières sans raison allaient probablement se calmer pour le moment, et en plus de ça il apprenait à travailler dans un autre milieu qu’une carrière de dressage typique. Que demande le peuple ?

« Peut être souhaites tu t’arrêter là pour aujourd’hui ? » Il avait remué les oreilles, mais était bien entendu incapable de me répondre.
De mon côté, travailler avec lui était un plaisir immense, mais je lui en avais déjà demandé beaucoup en peu de temps, alors je mis pied à terre, et flattai son encolure : « Je ne sais pas combien de fois je vais devoir te le répéter mais le jour où tu décideras d’arrêter de faire la gueule constamment tu verras qu’on peut faire une magnifique équipe toi et moi. Tu fais comme si tu n’en avais rien à faire, mais je vois clair dans ton jeu Mae. » En réalité il aimait les défis, mais il était du genre à tester son bipède afin d’être certain que celui-ci méritait son respect. Eh bien il n’allait pas être déçu. « Rentrons maintenant. » Je lui dis fermement, en le libérant de sa longe.


_________________


#Emprise - The One and Only
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valentin Thomson

avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 03/05/2018

MessageSujet: Re: Balade des Chevaux de Kiara   Ven 18 Mai - 13:27

Kiara a le chic pour faire travailler Mae en dehors des structures!

+ 6 en Endurance
+ 6 en Vitesse

+ 1 en Course
+ 1 en Travail en Longe
+ 4 en Dressage

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiara E. Layne
Admin
avatar

Messages : 569
Date d'inscription : 30/04/2018
Localisation : A l'académie

MessageSujet: Re: Balade des Chevaux de Kiara   Lun 4 Juin - 20:02

Mission commune de Juin
Ok'hami
Nomade
Hier j’avais promis à Ok’hami que si tout se passait bien et que je n’avais aucun empêchement, nous irions faire une balade avec son Papa. La vérité c’est que j’étais un peu nerveuse. Nomade n’était jamais sorti en extérieur sans un référent plus responsable que lui. Et d’après ce que j’avais pu voir hier, Okye était un peu nerveuse en extérieur. Alors il me faudrait croiser les doigts très fort pour espérer que ça se passe bien. Mais pour l’heure, je m’étais concentrée que ma quiétude, pour montrer à Nomade que tout allait bien. Puis, une fois son pansage terminé, j’étais allée voir Ok’hami, qui avait semblé réclamer ma présence tout le temps où j’étais avec son cher papa.

« Bonjour ma puce, motivée pour ta balade du jour ? » Je lui avais demandé en la rejoignant. Directement, elle était venue placer son museau dans mes mains, et j’avais caressé son encolure. « Super, je prends ça pour un oui alors ! » Cependant, avant chaque sortie, le pansage était obligatoire, et Ok’hami n’y échapperait pas sous prétexte qu’elle n’aimait pas trop ça. Alors j’avais commencé par sortir mon étrille, et elle avait ronflé, comme si elle soupirait d’avance. « Tu sais, un jour toi aussi tu penseras qu’il faut toujours se faire belle. Comme ta mère ! » Je souris en regardant Quinn, puis je commençais son pansage. Passage circulaire de l’étrille sur son épaule, ses flancs, ses cuisses, et sa croupe. Puis, un bon coup de bouchon sur son encolure, ses jambes et son ventre. On finit par la brosse douce, avec laquelle je nettoyais rapidement sa tête. Elle s’était laissée faire, changeant cependant son appui sur ses jambes. Tantôt à droite, tantôt à gauche, me montrant son impatience. Je n’y avais franchement pas fait attention et j’avais plutôt donné un bon coup de cure pied, avant de lui passer son licol sans trop d’encombres. « Et voilà, c’est quand même bien mieux comme ça ! » J’avais ensuite sellé Nomade, et j’avais jeté un coup d’œil à Quinn. Elle n’allait pas aimer me laisser sa fille, mais je ne pouvais décemment pas gérer un troisième cheval vues les circonstances. Alors ma foi tant pis, j’espérais juste qu’elle ne ferait aucune bêtise qu’elle serait amenée à regretter en absence.

La longe de Ok’hami dans la main, j’avais fait sortir Nomade, et avais placé la pouliche à sa gauche avant de me mettre souplement en selle. Okye avait avancé avant de reculer, un peu nerveuse, et je lui avais dit « Une petite vingtaine de minutes princesse, promis tu vas aimer ça, et ce sera amusant ! » Enfin, je l’espérais, mais ne pensons pas au pire, vous voulez ?

Ainsi, nous avions commencé par partir tranquillement, dans les bois, pour être sûrs de ne croiser personne. En effet, il commençait à pleuvoir. Les gens sortaient rarement par ce temps. Je gardais les jambes bien serrées autour de Nomade pour le mettre en confiance, et je parlais de temps à autres à Ok’hami qui était plutôt nerveuse. Je décidais donc, tant qu’elle ne s’était pas calmée, de continuer à cette allure. Le tout n’était pas de l’inquiéter, de la stresser, et de faire qu’un accident nous arrive. Elle était, heureusement, bien concentrée sur Nomade, qui était concentrée sur mes mains, et sur mes jambes. Je l’avais rarement sorti avec une vraie selle, et un vrai filet, mais il y réagissait bien, c’était une bonne nouvelle. Finalement, Okye avait même soufflé en baissant la tête vers le sol, son humeur se calmant enfin. « Tu vois quand tu veux ! » J’avais souris, puis avais donné quelques claquements de langue consécutifs, en serrant les mollets, ce qui fit partir les deux Paints au trot. Nomade avait tout naturellement un trot bien plus étendu que celui d’Ok’hami, alors j’en avais profité pour le rassembler au petit trot, histoire qu’il ne distance pas trop la puce qui ne connaissait pour le moment pas les transitions dans l’allure. J’avais donc préféré procéder ainsi, et au bout d’un moment j’avais ouvert mes doigts sur les rênes pour le laisser étendre son encolure, la pouliche en profitant pour se rapprocher de son papounet chéri. Le seul problème avec cette démarche, fut que du coup Nomade manqua de s’emmêler dans ses propres jambes, et dû faire un écart pour l’éviter. Ce fut un peu chaotique pendant quelques secondes, heureusement je repassais l’hongre au pas avant qu’il ne s’agite d’avantage et Ok’hami, dubitative, s’arrêta tout près de nous. « Alors, leçon numéro 1 Okye, on ne fonce pas dans le tas, et surtout pas dans les jambes d’un cheval qui fait deux fois ta taille. » J’avais soupiré légèrement, et avais serré mes mollets pour faire repartir Nomade au pas, étant donné que Okye ne montrait visiblement aucun signe d’inquiétude. Clairement, le galop ne serait pas au programme pour le moment, et au final, nous arrivions vers le petit ruisseau qui traversait le bois, que nous traversions sans encombre, alors que j’encourageais la pouliche pour qu’elle n’ait pas peur de le traverser. Nous avions ensuite eu affaire à un dénivelé très important, qui mit l’endurance de Nomade à rude épreuve, et je décidais donc de le passer au trot pour l’aider un peu, portant mon assiette sur son avant main pour ne pas le gêner. La petite pouliche, de son côté, avait eu l’air de trouver ce petit jeu assez amusant, et j’avais souri, avant que Nomade ne pousse un petit hennissement de surprise, s’arrêtant tout net. Inutile de dire que ne pas tomber fut un miracle. Mais après ça, impossible de le faire avancer. J’avais beau donner des petits coups de talons, l’encourager, rien n’y faisait.

J’avais donc mis pied à terre, afin de le faire avancer en main, mais à peine avais-je touché le sol que j’avais ressenti une violente morsure dans ma cheville, qui m’arracha un cri de sursaut. J’avais à peine eu le temps d’apercevoir un serpent s’éloigner dans les bosquets qu’un orage se fit entendre au loin. En temps normal, j’aurais appelé à l’aide, mais avec ce temps, et au beau milieu des bois, inutiles de dire que je n’avais pas de réseau.

« Okay les bébés, va falloir qu’on rentre. Vite. » J’avais dit, alors que ma voix s’était un peu brisée.

Regroupant mes forces, qui commençaient déjà à faiblir, j’étais remontée sur le dos de Nomade après avoir détaché Ok’hami. Le chemin à pieds aurait été inutilement long, et je n’avais pas ce luxe. Cependant, impossible pour moi de me montrer ferme, alors j’avais encouragé le gris en caressant son encolure, tandis que ma tête tournait. De son côté, Ok’hami n’arrêtait pas de lever la tête vers moi, ce qui fut d’ailleurs une bonne chose quand mes yeux se fermèrent, et que je manquais de tomber sur le côté. J’avais senti son museau me pousser et j’avais sursauté, me rendant compte que j’avais failli tomber. Ce n’était clairement pas le moment, et pour la première fois depuis que j’étais la propriétaire de Nomade je l’avais vu montrer du courage. Il avait relevé la tête, comme pour que je puisse m’y appuyer, et avait pris le galop, rentrant ainsi plus vite à l’écurie. Il semblait connaître le chemin, et c’était une bonne chose car je n’étais pas en mesure de le guider. De son côté, Ok’hami le suivit, en poussant autant que possible sur ses petites jambes. Elle commençait cependant à se faire distancer, et elle poussa un petit hennissement, que bien sûr Nomade ne pu entendre.

J’avais repris le contact avec la bouche, et lui avais indiqué de ralentir pour que la pouliche puisse nous rattraper. J’avais ensuite repris le pas, n’ayant pas la force de vérifier si j’avais à présent du réseau. Nous étions presque arrivés, et je n’avais donc plus qu’à rejoindre leur pré. Heureusement, je croisais Keyton en arrivant près du domaine, et il n’eut aucune difficulté à voir que quelque chose n’allait pas.

« Ramènes les s’il te plaît… Je t’en supplie. »
« Kiara comment veux-tu que je te laisse là ?! »

Il m’avait aidée à descendre du dos de Nomade, et le gris avait semblé plus nerveux que jamais. Mes jambes tremblaient et j’avais l’impression que Keyton était dans une réalité parallèle. Il avait apparemment appelé le secours, chose dont je n’étais pas certaine, puisque tout devint noir autour de moi.

_________________


#Emprise - The One and Only
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruby Luwski

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 14/05/2018

MessageSujet: Re: Balade des Chevaux de Kiara   Mar 5 Juin - 17:24

Pour la mission de juin tu gagnes : +10pts pour le cheval de ton choix dans la compétence de ton choix.

PP : +2

Pour Nomade :


Confiance : +7
Obéissance : +7
Maniabilité: +7

Moral : +2

Extérieur : +7

Endurance : +7
Vitesse : +7

Pour Ok'hami :

Confiance : +8
Obéissance : +8
Maniabilité : +8

Moral : +3

Extérieur : +7

Endurance : +7
Vitesse : +7

Travail en longe : +4
Travail en liberté : +3

- Accepte d'être totalement manipulé, touché partout, port du licol et marche en main licolé : 6/6
- Port du filet + longé aux trois allures avec le filet (obéit a la voix) : 0/5
- Port de la selle + longé sellé aux trois allures + port du cavalier à l'arrêt : 0/5
- Port total du cavalier + monté aux trois allures : 0/4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Balade des Chevaux de Kiara   

Revenir en haut Aller en bas
 
Balade des Chevaux de Kiara
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Rohan/Réalisation] Peigne aux chevaux
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Tous sur les chevaux (repro., soin etc...)
» Balade en amoureux (pv Charlotte)
» Petite Balade Avec Pauline (pv elle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beyond the Dreams  :: Autour de l'Académie :: Chemins de Balades :: La Forêt-
Sauter vers: