Le retour de la célèbre EV !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les jours se suivent, se ressemblent, et je n'ai aucun problème avec ça.

Aller en bas 
AuteurMessage
Keyton A. Silveira

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 15/05/2018

MessageSujet: Les jours se suivent, se ressemblent, et je n'ai aucun problème avec ça.   Ven 18 Mai - 17:55

Je jetai un coup d’œil à Rémie dans le rétroviseur. Elle était adorable avec nous, mais elle avait encore un peu de mal avec la voiture. Elle avait un peu de mal avec pas mal de choses d’ailleurs, mais je ne lui en voulais pas. C’était sa façon d’être, je ne pouvais pas lui en tenir rigueur, puisqu’elle n’y était pour rien si elle était du genre nerveux. Moi tant qu’elle ne se met pas en danger à cause de ses craintes, ça me va.

Je regardais Noa, me mordillant la lèvre inférieure. Depuis le premier jour où nous nous sommes rencontrés je le trouvais tellement beau, et il avait cet air sérieux sur le visage quand il conduisait, je ne pouvais m’empêcher de le trouver terriblement sexy, c’était juste irrésistible et à en juger les regards sur lui quand nous étions dans la rue, pas mal de gens trouvaient que c’était du gâchis qu’il soit gay. De mon côté, je trouvais que j’étais l’homme le plus chanceux du monde que d’avoir la chance de partager sa vie.

« Prêt à retourner bosser ? » Nous nous étions octroyé une semaine de repos, et reprenions tous les deux le travail demain mais nous avions tenu à visiter le nouveau domaine avant de retourner à l’appartement, histoire de voir à quoi l’ensemble ressemblait.

Mon téléphone vibra dans ma poche, et j’en vérifiais la raison. Un SMS de Ruby. Complètement bourrée, comme d’habitude ces derniers temps. Je m’inquiétais pour elle, elle venait de sortir de prison mais son attitude n’avait pas tellement changé, ou en tout cas c’était l’impression que j’avais. Kiara l’avait détruite, et j’avais encore du mal à croire que nous allions travailler dans son académie … Si nous nous en étions rapprochés c’était d’ailleurs en partie parce que Ruby se trouvait dans une ville voisine. Noa savait à quel point ma meilleure amie comptait pour moi, et je voulais pouvoir la protéger. Il était hors de question que je la laisse retourner en prison. Elle m’avait protégé fut un temps, et il était tout bonnement impossible que je n’en fasse pas de même.

« Tiens regardes ! » Je dis, curieux malgré moi. Je venais de remarquer un panneau indiquant « Académie équestre ». C’était sûrement ici. J’étais impatient, et à la fois très curieux. Quant à ma chienne, elle ne tenait presque plus, heureusement elle allait bientôt pouvoir sortir se dégourdir les pattes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noa L. Anderson

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 14/05/2018

MessageSujet: Re: Les jours se suivent, se ressemblent, et je n'ai aucun problème avec ça.   Sam 19 Mai - 20:37

 J'avais aimé ce travail, et j'avais l'impression que ce dernier m'allait comme un gant. On m'a toujours dit qu'il fallait être épanoui au travail pour ne pas avoir l'impression de subir les jours. Premièrement, j'adorais travailler, donc je ne subissais pas, mais à côté de ça, j'avais la vie parfaite. L'homme parfait, la ville n'était pas "dégueulasse" même si j'avais connu mieux faut dire...
Ah, cet homme. Depuis le début du trajet, je sentais son regard sur moi, et ça me faisait rire intérieurement. S'il conduisait je serais pareil, voire pire. Mais chut ! Je me contente de sourire et de poser ma main sur sa cuisse, tout en me concentrant sur la route qu'il me restait à parcourir pour arriver dans cette nouvelle académie. Kiara était une femme remarquable, et pleine de courage. Reprendre de A à Z une académie équestre, c'était du boulot, alors quand elle m'avait demandé si je voulais mon poste mais chez elle, même si tu n'avais pas été pour au début, j'avais réussi à te convaincre de la suivre. La nouvelle directrice avait fait du mal à ta meilleure amie, ok. J'avais beau essayer de te tenir à l'écart, je savais très bien que tu ne pouvais pas faire autrement que de protéger Ruby. Donc, je te suivais. Je t'avais même dit qu'elle pouvait venir chez nous, le temps de se remettre...

« Prêt à retourner bosser ? »

Je souris grandement et te jette un petit regard tout brillant. Ah ça, oh que oui ! L'académie d'avant commençait à s'essouffler, et l'ambiance quant aux militaires présents devenait pesante.. Nina n'avait pas vraiment voulu tout cela, mais elle avait fait le nécessaire afin de faire revivre ces lieux. Même si pour cela il fallait délocaliser.
"J'ai hâte ! D'ailleurs, fallait que je te demande ton avis sur l'achat d'un cheval, tu viendrais avec moi les rencontrer ? Ce serait cool.."

Ton téléphone vibre, "encore", et je fronce les sourcils. Je serre un peu ma prise sur ta cuisse avant de crisper les mâchoires. De ce que j'avais aperçu, je passerais sans doute la soirée seul pendant que tu irais ramasser cette jeune femme à la petite cuillère... Je repose les deux mains sur le volant et le serre dans mes doigts. Calme Noa. Rien ne sert de s'énerver.

« Tiens regardes ! »

Je tourne la tête lorsque tu t'exclame et je souris un peu. Ce panneau annonçait l'arrivée proche dans notre nouveau lieu de vie. Peut-être le début d'une nouvelle histoire ? En tout cas, j'attendais beaucoup de cet endroit. Ce serait comme un nouveau départ sans changer le passé. Juste, plus de possibilités, plus de loisirs, peut-être plus de clients aussi ? Allez savoir...  


Dernière édition par Noa L. Anderson le Dim 20 Mai - 15:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keyton A. Silveira

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 15/05/2018

MessageSujet: Re: Les jours se suivent, se ressemblent, et je n'ai aucun problème avec ça.   Dim 20 Mai - 2:50

Nous étions sur le point d’arriver et je t’avais d’ailleurs désigné le panneau indiquant la nouvelle académie équestre. J’étais presque prêt à sautiller sur place ! Mais je devais bien évidemment me contenir, sinon comment demander à Rémie d’être calme si moi-même je n’étais pas en mesure de contenir mon excitation ? Ca aurait été le comble ! Et bien évidemment quand tu me demandais si je viendrais rencontrer les chevaux avec toi, mon sourire s’était encore agrandit !

« Comment pourrais-je refuser une telle proposition ? Passer du temps avec l’homme de ma vie, avec les plus beaux animaux du monde, tu connais un meilleur planning toi ? » Je demandais innocemment, me mordillant la lèvre inférieure.

Alors oui, tout ça pouvait bien sembler beaucoup trop cliché : Le petit couple parfait, avec la petite vie parfaite, et le petit chien parfait. Mais nous en étions loin : Noa et moi avions tout deux des imperfections, par ci par là, et même si nous nous supportions sans difficultés, tout le monde sait que personne ne peut n’avoir que des qualités. Ensuite, à propos de la petite vie parfaite … Combien de fois avais-je dû aller chercher Ruby, qui avait fini en cellule de dégrisement, après avoir été arrêtée pour état d’ébriété sur la voie publique ? A chaque fois Noa me disait que je devrais la laisser poireauter un peu plus, que ça la ferait peut être réfléchir, mais de toute manière quoi que l’on fasse elle était du genre à avoir oublié ce qui s’était passé un soir où elle avait pris une cuite, alors… Quant à Rémie eh bien elle avait beau être un amour avec nous elle n’aimait ni les chevaux, ni les autres chiens, ni les humains. Alors pour le côté chien parfait, on repassera !

Finalement, nous arrivions devant la nouvelle académie : Un grand portail en fer forgé, une allée gravillonnée, un parking où étaient déjà garées plusieurs voitures, et au loin on pouvait facilement distinguer des paddocks où se trouvaient des chevaux, mais également d’autres dans des boxes. On pouvait également apercevoir la nouvelle académie, qui avait l’air encore plus grande que la précédente !

« Allons-y. Et prions pour ne pas tomber sur Kiara. » Je dis, la mâchoire serrée. Avec tout le respect que je lui devais, jamais je ne pourrais la pardonner pour Ruby.

Je fis sortir Rémie, et si elle resta d’abord à nos pieds comme à l’accoutumée, elle commença par renifler tranquillement les nouvelles odeurs, ravie de pouvoir se dégourdir les pattes après l’heure de trajet que nous venions de faire. Oui mais voilà, lesdites odeurs l’avaient charmée, et elle manqua de détaler, avant que je ne siffle un coup. Heureusement elle n’était pas du genre aventurière et elle revint aux pieds directement, mais je décidais de lui passer sa laisse. Non mais elle s’était crue où au juste ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noa L. Anderson

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 14/05/2018

MessageSujet: Re: Les jours se suivent, se ressemblent, et je n'ai aucun problème avec ça.   Dim 20 Mai - 15:30

Je souris quant au fait que tu acceptes ma proposition, et je dépose un baiser sur ta main avant de pénétrer dans l'enceinte de ladite nouvelle académie. au moins deux fois plus grande, plus "jeune" et plus fraîche, que demande le peuple ? Mon regard m'indique où me garer et je le suis, rangeant la voiture aux côtés des autres, bien alignée. Nous en descendons, et je te laisse ouvrir à Rémie, avant de verrouiller les portières. J'avais à la main mon dossier le plus important, avec le nom de tout les équidés présents sur le terrain. Eh oui, mon travail commençait dès le début, j'allais bientôt devoir tous les examiner afin de déterminer l'état de leurs pieds. Le rêve !

Mon regard semble se perdre devant l'immensité du domaine, et je soupirais. L'air était frais, mais pas trop, il n'était pas non plus trop chaud. C'était le printemps et on le sentait. Le vrai printemps, pas celui qui sort à peine de l'hiver ni celui qui entre déjà dans la période de l'été. Le bonheur quoi.
Je viens vers Keyton, et ma main libre glisse au creux de ses reins. Je l'attire vers moi et l'embrasse très délicatement. J'avais jamais su être violent sur cela avec lui. Je pouvais l'être pour des raisons beaucoup plus sombre, ou pour dominer "au lit" mais pas pour lui montrer mon amour. S'il avait peur que je ne l'aime pas après cette démonstration de changement de comportement, bah c'était qu'on ne pouvait plus rien y faire..
«  Allons-y. Et prions pour ne pas tomber sur Kiara. »

« Au pire, si on tombe sur elle, tu me laisses gérer et je parle, tu iras promener Rémie, je suis sûr qu'elle finira par s'habituer aux chevaux, de toute façon... Pas trop le choix, on en a combien à nous deux ? Un jour on les aura tous ensemble dans notre propre maison... »
Je dis, le sourire en coin, rien qu'à l'idée de parler d'avenir. Je savais que ça te faisait rêver, et voir tes yeux briller quant à nos futurs projets, c'était juste extraordinaire.

« Ruby est dans le coin ? C'était quoi son message ? »
Je demande, un peu agacé de devoir te partager pendant les vacances mais bon, c'est le jeu, quand on sort avec une petite merveille pleine de bon sens et de bienveillance.
Je ricane en voyant la chienne voulant détaler et je secoue la tête.

« Ah le crottin de cheval, toi aussi ça te rend folle ? »

Le rire que je laisse sortir de ma bouche est tellement mignon que je prie pour que tu ne te mette pas à faire le fragile devant ces gens qui venaient eux aussi d'arriver. Avec toi, faut dire que j'avais vécu des moments gênants, mais bon, j'en ris maintenant alors c'est que sur le moment, c'est juste pour faire le dur à cuire. Bah quoi ? J'ai une réputation à tenir moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keyton A. Silveira

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 15/05/2018

MessageSujet: Re: Les jours se suivent, se ressemblent, et je n'ai aucun problème avec ça.   Dim 20 Mai - 15:54

A peine sortis de la voiture j’avais eu droit à un baiser tellement doux que l’espace d’un instant j’avais oublié tous mes soucis. Que ce soit l’angoisse de ne pas avoir de clientèle, ou de ne pas satisfaire les attentes de notre nouvelle directrice, ou encore l’inquiétude que j’avais vis-à-vis de Ruby qui menaçait de retourner en prison tôt ou tard, les vacances m’avaient fait du bien car elles m’avaient permis de me reposer, mais elles ne m’avaient malheureusement pas débarrassé de mes préoccupations. Rien ne le pouvait vraiment. Pourtant, je m’étais blotti dans tes bras, et j’avais soupiré, momentanément apaisé. J’avais malgré cela émis mon désir de ne pas tomber sur la directrice, et tu m’avais rassuré en me disant que tu serais capable de gérer. Oui, certes, mais ça n’empêchait que je la détestais, et que j’aurais préféré qu’elle reste dans son bon vieux Far West …

« Tu sais très bien que j’ai vendu Rivière et Ishtar parce que je n’avais pas le choix Nono … » Je souris en fronçant légèrement le nez. Je savais à quel point tu détestais ce surnom, comme je détestais au départ quand tu m’appelais Keyton. Maintenant, ça me semblerait juste étrange si tu m’appelais Adam … « Mais avoir une maison … » Je souris en y pensant. Certes j’avais peur de me marier, car je n’avais pas envie de changer et peut être même de perdre notre équilibre. D’un autre côté … Non. C’était une pente glissante sur laquelle je ne devais pas m’aventurer.

« Elle est tombée sur Kiara au boulot… » Ma mâchoire s’était crispée. Ruby faisait pas mal d’efforts pour ne pas perdre son job, mais là clairement c’était pousser le bouchon un peu loin. Qu’on aille me dire que Layne ne l’avait pas fait exprès après ça !

Puis le moment où Rémie essaya de détaler, entraînée par son flair. Elle n’était pas une grande chasseuse, mais elle restait un chien avec ses pulsions. Quand tu avais ris, je m’étais mordillé la lèvre. Dans ce genre de situation il n’y avait pas tant d’issues : Soit je fangirlais comme le pauvre gay fragile que j’étais surtout envers toi. Soit j’avais envie de t’emmener dans notre chambre. Comme aucune des options n’était envisageable, je me retournais vers la nouvelle académie, et regardais Rémie, prête à montrer les crocs aux nouveaux venus si cela était nécessaire.

« Du calme. » Je lui avais dit, caressant sa joue pour qu’elle se calme. « Bon par où on commence ? » Je t’avais ensuite demandé, avec toujours ce désir enfoui pas si profond que ça, et qui pouvait très certainement se lire dans mon regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noa L. Anderson

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 14/05/2018

MessageSujet: Re: Les jours se suivent, se ressemblent, et je n'ai aucun problème avec ça.   Dim 20 Mai - 16:25

« Bon par où on commence ? »
Je souris en coin en entendant cela, à la suite de ce regard. Le mien se mit à briller littéralement de désir. Je secoue la tête et viens embrasser le lobe de l'oreille de mon homme en murmurant :

" En général on commence par se déshabiller. " Puis je ris et entrelaçant mes doigts dans les tiens, je hausse les épaules.

"On va visiter les allées, voir Promise et GT, et faudrait que je te demande ton avis.. Parce que j'arrive pas à me décider.. "
Je dis en commençant à avancer vers ces derniers. Ou du moins, vers l'endroit où l'on m'avait dit qu'ils se trouvaient. Cela m'avait fait de la peine lorsque tu avais vendu tes équidés, j'avais essayé de t'en raisonner, mais tu avais dit vouloir recommencer depuis le début. Nouvelle académie, nouveaux chevaux. Alors je t'avais laissé faire.

On arrivait aux allées une et deux, et je serrais ta main. Je ne savais en réalité, pas par où commencer, et, ce manque de courage se faisait ressentir. Je savais la douleur que tu avais quand tu avais vendu Rivière, et je ne voulais pas te faire de mal en parlant de vendre les miens, mais quand il faut...

" Je sais qu'on vient d'arriver, j'y ai beaucoup réfléchis, mais je ne vois pas d'autres issues. Je pense placer Promise, parce qu'elle me convient pas. J'ai besoin de défis, et elle est trop... Pas moi. Je sais pas si tu comprends... Du coup faudrait que tu me dise ce que tu en penses, parce que honnêtement, je sais plus. "

Je dis, un peu perdu, et en même temps, j'avais cherché mes mots. C'était dur, mais nécessaire. Je ne me retrouvais pas dans cette jument, et ça se voyait, je ne la sortais que très rarement, si ce n'est pour aller en balade. Le seul travail que je faisais avec elle ça n'était sans doute pas assez.
On entrait dans le box de ladite jument, qui n'avait pas l'air touchée plus que cela qu'on vienne la voir. Elle s'était installée dans une routine qui n'était pas plus mal pour elle, elle avait besoin de voir plus de choses, et ça n'était sans doute pas moi qui allait lui offrir ces choses, je n'étais pas assez doux pour elle, elle avait du mal à s'y faire. J'avais besoin de nouveautés, de défis... Promise était donc trop parfaite.  

" Je l'aime beaucoup, elle est cool, mais bon... J'ai l'impression qu'elle s'ennuie pour tout.. Elle n'hésite pas à me le montrer, et maintenant, pour n'importe quelle activité elle se fait chier.. " Je dis, tendant une jolie pomme à la jument, elle croqua à moitié, prenant le temps de mâchouiller sa partie. J'en croqua un morceau avant de lui tendre le reste lorsqu'elle eut finit. Les oreilles en arrière, elle prend la dernière partie et hocha plusieurs fois sa tête avant de retourner à son foin.

Je soupire et lui gratta l'épaule en tournant vers toi.

" Tu vois, Gran Turismo me met au défi parfois, et j'ai du travail avec lui, je sais que tout les jours ne se ressembleront pas avec lui, et je sais aussi qu'il ne se perd pas dans un quotidien qui ne lui convient pas... Je sais pas si tu comprends ce que je veux dire..
"

Je fais une petite moue triste, ne sachant réellement pas quoi faire, ni comment régler ce problème de taille. Je n'avais jamais vraiment su me poser, que ce soit en chevaux, en activités, il y avait juste en amour que j'avais su trouver ma place ainsi que professionnellement. Alors, qu'est ce qu'on fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keyton A. Silveira

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 15/05/2018

MessageSujet: Re: Les jours se suivent, se ressemblent, et je n'ai aucun problème avec ça.   Dim 20 Mai - 18:04

Je secoue la tête suite à cette phrase pleine de provocation, mais ne peux m’empêcher de te donner une petite tape sur les fesses, en étant évidemment certain que les nouveaux venus soient devant nous. Hors de question que je détruise ton image de gros dur impressionnant de la sorte. Je me mordille les lèvres et ne reviens à la réalité que lorsque tu me dis que tu as besoin de mon avis. Alors, je fronce les sourcils et nous arrivons tout d’abord par le box de Promise. Une jument parfaite en tout point. Mais il y avait parfois des soucis avec elle, je le savais, ce n’était pas la première fois que tu m’en parlais. Ta main serrée dans la mienne tu m’avoues que tu as envisagé de placer Promise. Je hoche la tête, patiemment. Tu m’expliques le souci en question, et j’avoue que cette pauvre jument serait peut être mieux avec quelqu’un de moins … Eh bien de moins Noa en somme. J’avais déjà vu des cavaliers avec un caractère fort s’ennuyer parce que leur équidé était trop simple pour eux. Trop ennuyeux. Et parfois, ça tournait mal. Et ce n’était bénéfique à personne. Hors la jolie Chincoteague méritait mieux que ça. En voyant la moue que tu fais à la fin de cette phrase, je fronce les sourcils et dépose un baiser sur ta joue :

« Tu sais, tu es le seul à devoir décider de son bonheur. Cela fait cinq ans qu’elle est avec toi, et elle a largement montré ce que vous aviez à vivre ensembles. Vous avez eu de bons moments, et si tu veux mon avis il ne faut pas les entacher en les gâchant par un regret d’aller la voir à chaque fois… » Je réfléchissais un instant à la suite de ma phrase, puis repris : « Il est clair que GT n’est pas du tout du même genre. » Je ris doucement. Malgré toutes les séances d’ostéo auxquelles il avait eu droit, il n’était toujours pas fan de ma personne et je le savais.

« Tu penses que Kiara a déjà tous ses chevaux de club ? Elle aime les enfants il me semble, non ? »

Peut être que ce serait une bonne idée pour elle ? Comme un genre de reconversion. Elle était plutôt patiente, polyvalente, sans vice, je ne vois trop ce qu’on pourrait exiger de plus de la part d’une jument de club.

« En plus de cette manière tu pourrais continuer de la voir de temps en temps si tu le souhaites. » Un grognement sourd se fit entendre, et j’aperçus en même temps que Rémie un jeune cavalier ramener un poney de sport. « Donnes moi une seconde, je reviens. » Je lui dis, avant de faire sortir la pitbull des écuries. Les chevaux, et tout ce qui ne faisait pas partie de son foyer en fait, ce n’était clairement pas son fort. Je lui avais donc laissé l’occasion de respirer, et j’allais venir te rejoindre, quand j’avais aperçu une tête gris souris au loin, trotter nerveusement, de long en large. Un cheval en liberté … « Noa ! » Je t’avais appelé, avant de rejoindre la direction du refuge …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noa L. Anderson

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 14/05/2018

MessageSujet: Re: Les jours se suivent, se ressemblent, et je n'ai aucun problème avec ça.   Dim 20 Mai - 18:47

J'étais donc avec Promise, réfléchissant à ta proposition qui serait de mettre ma jument au club. Ce serait top pour elle, elle adorait les enfants, et lorsqu'elle en voyait dans l'autre académie, et qu'elle en portait, c'était comme si c'était une autre jument, la meilleure qui soit. Oui, il est possible que je la regrette, mais elle s'ennuie vraiment avec moi, et je ne peux pas me permettre de la rendre malheureuse en la gardant égoïstement avec moi. Mon choix est fait, elle ira au club, j'enverrai un message à Kiara afin de lui proposer. De toute façon, pour le club, ils ne seront jamais à court de petites merveilles comme elle !

Lorsque tu cries mon nom je souris en coin, me rappelant le bon nombre de fois où ces cris étaient survenus, puis je fronce les sourcils parce que ce n'est pas de la même manière cette fois. Je ferme le box de la Chincoteague, et je te rejoins sur un pas de course, voyant pourquoi tu avais crié. Je fronce un peu plus les sourcils, découvrant cet équidé égaré.

" Tu crois qu'elle est d'ici ? J'ai pas encore eu le temps de tous les reconnaître et de les ficher dans mes répertoires... Elle a l'air perdue un peu..."
Je dis, en m'approchant de toi lentement pour ne pas effrayée la jument qui s'était échappée.
Il fallait mettre au point une stratégie afin de parvenir à la rattraper. Après, peut-être qu'elle n'est pas sauvage, et qu'elle se laissera facilement prendre ?

Je jette un œil vers toi et demande :

" Tu as un plan ? Si tu veux tu y vas, je garde Rémie, tu es certainement plus doux que moi... "

Je souris, tendrement, tendant la main afin de récupérer la laisse de notre chienne, la caressant légèrement, la rassurant. Elle non plus, elle n'avait pas l'air très bien là maintenant. Le soleil commençait à tomber, et bientôt il fera nuit. Il fallait surtout qu'on se dépêche pour ne pas avoir à chercher une jument sombre dans la pénombre, où l'on aura beaucoup plus de mal pour la chercher en cas de fuite.

" Si tu as besoin, je suis là bébé. " Je dis, croyant en toi comme jamais. Enfin, comme toujours, mais voilà quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keyton A. Silveira

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 15/05/2018

MessageSujet: Re: Les jours se suivent, se ressemblent, et je n'ai aucun problème avec ça.   Lun 21 Mai - 1:17

Est-ce que je crois qu’elle est d’ici ? Eh bien à en juger les bipèdes qui semblaient la suivre au pas de course oui, j’étais prêt à parier qu’elle était de cet endroit. Oui, en effet elle avait l’air perdue. Seule. En proie à la panique. Et ce n’était pas l’échine dressée de Rémie qui risquait de l’aider à se sentir rassurée. Alors quand tu me demandas si je souhaitais que tu gardes la pitbull, je hochai la tête. D’ordinaire peut être aurais-je relevé ce compliment, mais pour l’heure il fallait agir, et vite avant que cette jument ne se mette en danger. J’étais malgré doux heureux par cette preuve de confiance que tu venais de me témoigner. Jamais je n’aurais pu rêver de meilleur partenaire de vie, c’était certain.

Bien entendu je n’étais pas de ces personnes qui gardaient toujours des friandises pour chevaux sur elles. Je n’étais pas non plus un chuchoteur. Certains auraient parfois dis que j’avais cependant une sensibilité bien particulière. Et c’est avec ce détail en tête que je m’étais avancé par la jument. Elle avait quelque chose… Un côté sauvage, mais en même temps tellement doux… Elle m’attirait, avec son charisme totalement indéniable et moi, je tombais dans son jeu. Je ne la quittais plus du regard, je me concentrais uniquement sur elle, et alors qu’elle venait de me regarder, ses naseaux se dilatèrent. Je décidai alors de me concentrer sur un point derrière elle, pour faire comme si j’allais passer à côté sans même la voir.

Elle était immobile, au beau milieu de l’académie, et j’avais levé la main droite, faisant signe aux autres de ne plus approcher. Plus ils allaient la brusquer, et plus elle risquait de détaler. Il faut dire, le nombre de sorties ne manquait pas, et je réussissais cependant à gagner de la distance, tandis qu’elle avait l’air totalement terrorisée.

Finalement, alors que je n’étais plus qu’à un pas d’elle, je m’étais mis à doucement fredonner, pour essayer de la calmer. J’avais entendu dire que les chevaux étaient très réceptifs à la musique, alors pourquoi ne pas tenter ? Bien évidemment je n’avais pas une voix si mélodieuse, mais il paraît que la chanson est une histoire d’harmonie, et d’émotion…

« Tout va bien se passer ma belle. » Je murmurais, avant d’agripper une poignée de ses crins, pour l’empêcher de s’éloigner. J’avais ensuite entouré son encolure de mes bras, laissant le temps à quelqu’un, n’importe qui, de lui passer un licol pour pouvoir la rentrer. J’avais eu l’impression que la scène s’était passée au ralenti. Elle était tellement perdue, tellement indécise.. Je m’étais presque sentis mal de la rendre aux personnes qui avaient réussi à la faire s’échapper. « Désolé… » J’avais soufflé, avant de retourner vers toi.

« Noa, il faut que je sache qui est cette jument … » J’avais dit, en me retournant pour la voir s’éloigner, tête baissée, ne remarquant qu’à ce moment à quel point elle était mince…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les jours se suivent, se ressemblent, et je n'ai aucun problème avec ça.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les jours se suivent, se ressemblent, et je n'ai aucun problème avec ça.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DEVENIR PARTENAIRES ?
» Les jours se suivent et se ressemblent [Libre]
» 2. RÈGLEMENT ∆ les quelques règles du forum.
» Moi ce qui me fait peur c'est pas les costumes, mais les caries des jours qui suivent | Siamelen
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beyond the Dreams  :: L'Académie :: Portail-
Sauter vers: